Du côté de chez Oim

Discussion de tout, sur tout, pour tous !!
 
PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fêtes et Traditions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Xenaphia
La Grande Prêtresse
La Grande Prêtresse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2200
Age : 46
Pays : France
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Jeu 13 Déc 2007 - 16:06

aligato merci m'dame Ojoie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ducotedechezoim.forumpro.fr/portal.htm
Sharina
La Grande Prêtresse
La Grande Prêtresse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 415
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Jeu 13 Déc 2007 - 16:39

par contre je ne trouve pas d'information potable sur le Saint Nicolas arf.. aligato
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ducotedechezoim.forumpro.fr
Xenaphia
La Grande Prêtresse
La Grande Prêtresse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2200
Age : 46
Pays : France
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Jeu 13 Déc 2007 - 19:14

t'inquiète la St Nicolas ça je connais
je vais trouver clin d\'oeil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ducotedechezoim.forumpro.fr/portal.htm
Xenaphia
La Grande Prêtresse
La Grande Prêtresse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2200
Age : 46
Pays : France
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Mar 15 Jan 2008 - 19:13

avec beaucoup de retard sorry voici donc :

La fête de la Saint Nicolas


La tradition :

On fête la Saint-Nicolas en Lorraine, en Alsace, dans le nord de la France, en Belgique, au Luxembourg, en Allemagne, en Autriche, aux Pays Bas, parfois, de façon très différente.

Tous les 6 décembre, Saint Nicolas fait par exemple le tour de toutes les villes de Lorraine. Les confiseries et les pâtisseries sont remplies de pain d'épices et de chocolat. Le Saint-Nicolas, à la grande joie des enfants, fait le tour des écoles pour y distribuer des friandises. C'est le patron des écoliers.

Dans les villes, le maire lui donne les clés de la ville afin qu'il puisse défiler dans des chars, accompagné du père fouettard parfois, pour distribuer des bonbons dans les rues.

En Belgique, "il est accompagné de son âne et du père fouettard (qui chez nous est tout noir), habillé d'un riche vêtement de page rouge et or et il a un martinet".


Le personnage :

Saint Nicolas, également connu sous le nom de saint Nicolas de Myre ou de saint Nicolas de Bari, né à Patara, en Lycie, en 270, mort en 345, est un saint populaire à l'origine du personnage du Père Noël.

Sa commémoration chrétienne le 6 décembre (le 6 décembre julien pour la majeure partie des orthodoxes) est une fête très populaire dans bien des pays du monde. À la Saint Nicolas , la tradition veut que les enfants, qui durant toute l'année, furent sages se voient donner du pain d'épice (remplacé aujourd'hui par du chocolat). Et pour ceux qui n'auront pas fait figure d'enfant sage, se voient donner des coups de martinet par le père Fouettard.

Biographie

Nicolas se trouva orphelin suite à une épidémie de peste. Évêque de la ville de Myre en Lycie, située dans l'Anatolie du sud-ouest, près d'Antalya, en Turquie actuelle. Selon la tradition, il est présent au Ier concile de Nicée en 325. Il serait décédé un 6 décembre.

Sa vie est remplie d'anecdotes souvent représentées dans l'iconographie religieuse : ainsi, apprenant qu'un père n'a pas de quoi fournir une dot de mariage à ses trois jeunes filles, Nicolas jette de l'argent dans leurs bas qu'elles avaient mis à sécher sur la cheminée. Grâce à lui, le père peut assurer le mariage de ses trois jeunes filles. Il ressuscite aussi trois enfants qui, étant allés glaner aux champs, avaient été tués et découpés par un boucher. Il sauve également de la tempête un bateau portant une cargaison de blé pour la ville de Myre.

Ses ossements sont conservés dans une église de Myre jusqu'au XIe siècle. Ils ont la particularité de suinter une huile sacrée. Cette manne est connu dans l'Europe du Moyen Âge. Cette célébrité attire soixante-deux marins venus de Bari, qui volent et ramenent ces reliques.

C'est un saint très populaire ; il est le patron des enfants, des étudiants, des enseignants, des marins, des vitriers, des bouchers, des jeunes filles à marier, des voyageurs, de la Lorraine et de la Russie. Lors de sa fête, on distribue parfois des friandises et des cadeaux aux enfants.

Une histoire pieuse

Bien que destinée aux enfants, une des légendes de saint Nicolas est plutôt effrayante. « Ils étaient trois petits enfants, qui s'en allaient glaner aux champs », comme dit la chanson. Perdus, ils demandèrent l'hospitalité chez un boucher qui ne trouva rien de mieux que de les tuer, les découper et les mettre au saloir.

Saint Nicolas vint à passer sept ans plus tard et demanda à son tour l'hospitalité. Il insista pour manger le petit salé préparé sept ans plus tôt. Le boucher s'enfuit et saint Nicolas ressuscita les trois enfants. »

C'est donc une légende heureuse, mais néanmoins assez effrayante. Selon certaines traditions, le Père Fouettard qui accompagne saint Nicolas serait en fait le boucher de l'histoire. Pour lui faire regretter son méfait, ce dernier l'aurait condamné à l'accompagner lors de sa distribution de récompenses, en lui assignant la tâche de punir les enfants désobéissants.

La légende des trois enfants est née d'une erreur d'interprétation d'un vitrail représentant un miracle du saint. Il s'agirait, selon les historiens, d'une scène représentant saint Nicolas sauvant trois chevaliers suppliant son aide au sommet d'une tour. Saint Nicolas est le personnage principal de la scène, et comme souvent au Moyen Âge, il n'est pas representé à l'échelle, mais en beaucoup plus grand pour montrer son importance. C'est ce détail qui aurait ouvert la voie à une mauvaise interprétation ; et les trois chevaliers au sommet d'une tour sont devenus trois enfants dans un baquet.

Selon certains, le Père Fouettard est une invention des Messins lors du siège de leur ville par les Bourguignons, en pleine période de festivité de la Saint-Nicolas. De là leur serait venue l'idée de se moquer du chef ennemi, Charles Quint en le représentant sous les traits du boucher de la légende de saint Nicolas.

Lors de sa naissance, saint Nicolas se serait tenu tout seul debout, bien droit sur ses jambes. Il s'agirait, selon la légende, de son tout premier miracle.

Saint Nicolas et la Lorraine

Du fait de l'arrivée en Lorraine, d'une relique du saint, sa dextre bénissante, en 1090, Saint-Nicolas-de-Port, possède une basilique gothique flamboyante dédiée au saint qui est le patron de la Lorraine. Chaque année, le samedi le plus proche de la fête de Saint-Nicolas, une grande procession remplit la basilique en retraçant la vie du saint par des chants et spectacles.


Sources : Wikipédia et fete-enfants.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ducotedechezoim.forumpro.fr/portal.htm
Sharina
La Grande Prêtresse
La Grande Prêtresse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 415
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Mer 16 Jan 2008 - 16:15

merci Xen !! c'est très interressant j'adore les légendes, les myths et tout ca thé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ducotedechezoim.forumpro.fr
Xenaphia
La Grande Prêtresse
La Grande Prêtresse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2200
Age : 46
Pays : France
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Mer 16 Jan 2008 - 20:39

pas de quoi j'ai du boulot pour y ajouter toutes les fêtes que j'ai loupé au passage depuis le temps que je me suis pas occupée de cette section bin bin bin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ducotedechezoim.forumpro.fr/portal.htm
Xenaphia
La Grande Prêtresse
La Grande Prêtresse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2200
Age : 46
Pays : France
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Sam 19 Jan 2008 - 12:39

Bon après la Saint Nicolas, arrive obligatoirement une fête connue à travers le monde même si tous les pays ne la font pas.
Je veux bien évidemment parler de :

Noël


Noël est une fête chrétienne célébrant chaque année la naissance de Jésus de Nazareth, appelée Nativité.

Noël ne fait pas partie des fêtes suivies par les premiers chrétiens, et ne figure pas dans les listes publiées par Irénée et Tertullien. Au 3ème siècle, on fêtait l'anniversaire de Jésus en Avril ou en Novembre ; Constantin, en 333, éprouva le besoin de fixer une date unique.

Dans l'empire romain, le solstice d'hiver du 25 décembre marquait la fin des saturnales et la fête du dieu Mithra, Natalis Invicti (Nativité Invincible) ou Sol Invinctus (Soleil Invaincu). Plus généralement, dans les cultures païennes la période du solstice d'hiver donnait lieu à diverses célébrations ou rituels.

Dans l'année 354, la naissance de Jésus de Nazareth et la fête de Noël ont été fixées officiellement au 25 décembre par le pape Libère. Beaucoup de dates étaient proposées pour la naissance du Messie, en particulier celle de l'épiphanie le 6 janvier, et il est possible que la popularité des fêtes de Mithra dans l'Empire ait joue en faveur du 25 décembre pour la fête de Noël.

Parce que la plupart des Églises orthodoxes suivent toujours le calendrier julien qui présente un décalage de quatorze jours avec le calendrier grégorien désormais en usage officiellement, elles célèbrent Noël le 7 janvier du calendrier grégorien (c’est-à-dire le 25 décembre du calendrier julien). La popularité de la fête a fait que «Noël» est devenu aussi un prénom porté.

Étymologie

Classiquement, on considère que le mot Noël (apparu vers 1112) est issu par évolution phonétique de nael et par modification vocalique du latin natalis («relatif à la naissance»). Le o de Noël vient de la dissimilation des deux a de natalis et le tréma (1718) note la diérèse.

Dans l'usage actuel, c'est un mot masculin qui devient féminin dans la locution elliptique la [Fête de] Noël.

La Nativité de Jésus-Christ

À l'origine, la fête de Noël est la solennité de la nativité du Seigneur, la fête commémorative de la naissance de Jésus de Nazareth qui, selon le Nouveau Testament, est né à Bethléem sans donner de jour précis. Marc et Jean ne parlent pas de la naissance du Christ, mais insistent sur la filiation spirituelle avec Jean le Baptiste qui marque le début de leur évangile.

Un jour arbitraire

Aucun texte chrétien ne précise quel jour dans l'année est né Jésus-Christ. En 354, le pape Libère a fixé la fête commémorant la naissance du Christ au 25 décembre pour promouvoir l'essor du christianisme et remplacer les fêtes populaires et païennes célébrées autour du solstice d'hiver ; il a également codifié les premières célébrations. Dans une allocution du 16 décembre 2004, Mgr Jean-Paul Jaeger, évêque d'Arras explique ce choix :

Les évangélistes dont un sur quatre seulement propose un récit de la naissance de Jésus étaient bien incapables d’en situer la date exacte. Excellente pédagogue, l’Église, en Occident, a fixé en 353 la célébration de Noël au moment de la fête païenne du solstice d’hiver. Le signe est magnifique. Les rayons du soleil sont au plus bas de leur déclin. Progressivement le jour va s’imposer à la nuit. La lumière va triompher. Le Christ naissant est alors loué et accueilli comme la lumière qui brille dans les ténèbres, comme le jour qui se lève sur l’humanité engourdie et endormie. Il est le jour nouveau qui pointe à minuit.

Avant cette date, les chrétiens fêtaient la naissance du Christ le même jour que l'adoration des mages (épiphanie ou «manifestation du Seigneur») et le baptême dans le Jourdain : le 6 janvier. L'Église apostolique arménienne est la seule Église à perpétuer aujourd'hui cet usage des premiers siècles. Quant aux Églises orthodoxes, elles fêtent Noël le 25 décembre du calendrier qu'elles suivent (calendrier julien ou grégorien) et le baptême du Christ le 6 janvier.

Une date imprécise

On date la naissance de Jésus en l'an 1 av. J.-C. (puisque l'année 1 est celle de son premier anniversaire et qu'il n'existe pas d'année 0) depuis le haut Moyen-Âge. De récentes études laissent cependant penser que Jésus de Nazareth serait né aux alentours de l'an -4. Mais la célébration chrétienne de Noël est là pour rappeler un événement, la naissance du Christ, et non pour célébrer une date en particulier ; du point de vue chrétien, l'exactitude et la correspondance du 25 décembre -1 ou -4 avec la réalité historique sont donc des éléments accessoires.


Voilà en gros quelques informations sur Noël et ses origines.
Pour ceux que ça intéresse, il y a encore plus d'information sur wikipédia avec une analyse par époque et d'autres commentaires que je n'ai pas mis ici.
Voici le lien pour plus d'informations : http://fr.wikipedia.org/wiki/No%C3%ABl

Source : Wikipédia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ducotedechezoim.forumpro.fr/portal.htm
Xenaphia
La Grande Prêtresse
La Grande Prêtresse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2200
Age : 46
Pays : France
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Dim 3 Fév 2008 - 21:43

Allez on passe quelques semaines et quelques fêtes aussi pour présenter :


Le Carnaval de Dunkerque ! tralala



Pour vous mettre dans l'ambiance, on démarre illico avec quelques vidéos qui vous feront peut être apercevoir un bout de ce qu'est la fête du carnaval chez les Dunkerquois rire

http://www.dailymotion.com/relevance/searc...lm-offic_people
http://www.dailymotion.com/relevance/searc...-dunker_parties
http://www.dailymotion.com/relevance/searc...-printemps-2006
(désolée pour le tourni mais le caméraman semble ne pas pouvoir s'empêcher de suivre le mouvement de la foule Ori )


Cette fête qui se déroule chaque année réunie les Dunkerquois qui pour l’occasion ont revêtu leurs déguisements.
La foule qui se déplace dans les rues de la Ville en chantant des airs carnavalesques est guidée par une fanfare elle-même dirigée par le Tambour-major de la Ville. Les carnavaleux qui se tiennent par les coudes forment des lignes qui se suivent et envahissent les rues, ils forment ce que l’on appelle la "bande ".

Parfois les carnavaleux s’interrompent dans leur marche pour rejoindre des chapelles, s’arrêter au bistrot Enfin le cortège va se terminer sur la grand place ou les carnavaleux vont se réunir pour le rigodon, le chahut final, puis chanter un hommage à Jean-Bart.

Dès le début du XIXe siècle le port de Dunkerque affiche déjà l’un des carnavals les plus originaux de France. La ville n’est devenue définitivement française qu’en 1662 sous Louis XIV. Elle fut francisée à la suite d’une ordonnance royale qui imposa peu à peu l’usage du français. Mais une bonne partie de la population, autant réfractaire au changement que sentimentalement attachée à ses traditions, continua à parler le flamand. Si bien qu’il n’est pas étonnant de retrouver encore aujourd’hui, dans les chansons du carnaval, quelques bribes de dialecte dunkerquois comme « donne un zô » (zô ou zôt’che est un baiser). Bon nombre de sociétés carnavalesques empruntent également leur nom au flamand, comme les Kakernesches (les plus jeunes des enfants), les Snustreraers (les fouines) ou encore la fameuse visscherbende (bande des pêcheurs).


La cohue des masques !
Pendant que les tambours battent le rappel, l’énorme pagaille s’organise. Les masquelours, méconnaissables sous leurs maquillages bariolés, se prennent bras dessus, bras dessous pour former des lignes. Les places du premier rang sont très convoitées car c’est là que l’engagement physique va être le plus complet. En effet, c’est aux premiers rangs qu’appartient le privilège de protéger les
musiciens de la foule qui les suit.
Au signal du tambour-major situé à l’avant-poste, fifres et tambours entament le rigodon d’honneur qui servait de rassemblement aux soldats de l’Empire. La foule compacte saute en cadence, on pousse déjà pour mettre les premières lignes à l’épreuve.
Le tambour-major, à la tête d’une soixantaine de musiciens vêtus du ciré et du suroît jaune des pêcheurs, ordonne que cesse le rigodon afin que les fifres reprennent des airs traditionnels de marche connus de tous. Le cortège s’ébranle. Déformée par les poussées soudaines, la cohue des masques avance en chantant, en hurlant plutôt dans les premiers rangs !
Durant quatre heures, la visscherbende déferle sur la ville comme une vague de fond au rythme des chahuts, des arrêts obligés des musiciens et des rendez-vous incontournables.

Des harengs et des homards :
Au passage devant l’Hôtel de Ville, cette masse compacte et colorée réclame son dû : une volée de 450 kilos de harengs saurs emballés sous cellophane (appelés aussi kippers) qui n’est pas sans rappeler le départ imminent des pêcheurs pour l’Islande*. Du haut du balcon central, le maire brandit un homard qu’il présente à la foule qui scande « Delebarre, des homards ». Une telle scène se reproduit six fois. Celui qui a la chance de s’emparer d’un homard (en plastique) peut le rapporter à la mairie où il lui sera remis en échange, un bon pour en obtenir un vrai dans une poissonnerie. En réalité bien peu le font car les carnavaleux préfèrent garder ce trophée pour le montrer à leurs amis…. Après quatre heures de fête, les carnavaleux se retrouvent au pied de la statue de Jean Bart pour la célèbre cantate (voir p.3) et le rigodon final. Une émotion, intense saisit alors la foule, un frisson court le long des poitrines et l’on assiste à la scène la plus poignante de la journée sans doute, celle qui permet à la bande de se transformer en une chaîne humaine chaleureuse.

Un parcours jalonné de « chapelles »
Pour la plupart des masques, la bande est prétexte à d’innombrables pélerinages, appelés pour la circonstance « chapelles », qui jalonnent le parcours. Il est d’usage de visiter les maisons amies pour se faire inviter à boire et à manger. Le plus souvent, les masques se déplacent en petits groupes pour mettre à profit les bonnes adresses. Ces carnavaleux-là ne voient la bande que du haut des balcons,
derrière les fenêtres des maisons visitées, mais savent parfaitement recréer avec une vision plus haute la même ambiance. Ces haltes sont copieusement arrosées de bière et de soupe à l’oignon, ce qui permet aux gosiers largement mis à contribution de se désaltérer.

Sources : NordM@g agenda
Photos : photo©www.carnaval-de-dunkerque.com



Pour ceux qui n'auraient pas compris les paroles de la chanson des 2 dernières vidéos voici les paroles de la fameuse et extrêmement importante chanson de la ville à savoir :D

Cantate à Jean Bart

Jean Bart, Jean Bart,
salut à ta mémoire,
de tes exploits tu remplis l’univers,
ton seul aspect commandait la Victoire,
et sans rival tu régnas sur les mers.
Jusqu'au tombeau France Mère adorée
jalouse et fière d'imiter ta valeur
Nous défendrons ta bannière sacrée
sur l'océan qui fut ton champs d'honneur
sur l'océan qui fut ton champs d'honneur.
Jean Bart, Jean Bart,
la voix de la Patrie
redit ta gloire et ton nom immortel
et la cité qui te donna la vie
érigera ta statue en autel
érigera ta statue en autel.

(Final)
Vive les enfants d’Jean Bart, ce sont de fameux gaillards,
pour les fêtes et pour les bals du carnaval (bis).


Une autre chanson qui est incontournable maintenant c'est le salut à Cô Pinard le tambour major du carnaval qui est mort il y a quelques années maintenant et qui a guidé le carnaval pendant des dizaines d'années

http://www.youtube.com/watch?v=3moCNJmgLI4


c'est à dire ce grand monsieur avec son chapeau et son bâton oui sauf que là il s'agit de Cô Pinard 2
http://www.youtube.com/watch?v=5b67o8AQZXM&feature=related

voici les paroles ^^

A Dunkerque
A Dunkerque quand vient le carnaval,
on est tous joyeux comme des cigales
on se grime on s'mets de la peinture,
on s'en fout plein la figur'’
on s’habille avec de vieux habits
et l'on sort son grand parapluie.
Avec tout cà on est paré pour le Carnaval
et le boulot on s'en fout pas mal.
On est heureux,
on est heureux avec les Dunkerquois
au carnaval on est les rois
On est heureux,
on est heureux avec les Dunkerquois,
on s'ra toujours les rois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ducotedechezoim.forumpro.fr/portal.htm
Xenaphia
La Grande Prêtresse
La Grande Prêtresse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2200
Age : 46
Pays : France
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Mer 26 Mar 2008 - 22:28

bon vous impatienter pas trop je reviens avec la suite des festivités dans pas longtemps faut juste que je trouve le ou les bon(s) site(s) pour vous offrir une info complète GNI

d'ailleurs si certains voient des compléments ou modifs à apporter n'hésitez pas à poster ici vos remarques oui clin d\'oeil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ducotedechezoim.forumpro.fr/portal.htm
Xenaphia
La Grande Prêtresse
La Grande Prêtresse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2200
Age : 46
Pays : France
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Sam 29 Mar 2008 - 18:09

Pour la suite, j'aimerais que certains me parlent de leurs traditions concernant l'épiphanie si c'était possible.

Je sais que la tradition n'est pas forcément la même partout en France.
Par exemple, chez nous dans le Nord, on a le choix entre 3 sortes de galettes des rois qui sont très prisées : la frangipane (classique et il me semble que c'est la plus répandue), celle à la crème (personnellement c'est celle que je préfère :miam: ) et celle aux pommes qui commence à envahir les rayons des boulangers (ou grandes surfaces)

Je vais essayer de trouver un article pour présenter cette fête et la ou les traditions qui s'y rapporte oui mais si vous avez des infos ou des articles à présenter sur le sujet -ou tout simplement expliquer ce qui est de fait par chez vous- n'hésitez pas clin d\'oeil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ducotedechezoim.forumpro.fr/portal.htm
Xenaphia
La Grande Prêtresse
La Grande Prêtresse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2200
Age : 46
Pays : France
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Sam 29 Mar 2008 - 18:47

L'Épiphanie

L'Épiphanie commémore l'Annonce de la naissance du Christ aux bergers et aux rois-mages.
L'histoire des Rois-Mages est un mélange de faits réels et légendaires
et la tradition a parfois confondu les Bergers et les Rois-Mages.
Seuls les Évangiles de Luc et de Matthieu évoquent la naissance et
l'enfance du Christ ; cependant, Luc ne parle ni des Mages, ni de la
fuite en Égypte et Matthieu ne parle ni de la crèche ni des Bergers.

Sources : culture.gouv.fr
http://www.culture.gouv.fr/culture/noel/franc/epifani.htm

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Longtemps, le 6 janvier (Epiphanie) fût plus important que le jour de Noël.
Comme beaucoup de fêtes chrétiennes, la date de l'Epiphanie correspond à l'origine à une fête paienne. Autrefois, les Romains fêtaient les Saturnales. Ces fêtes duraient 7 jours et tout était autorisé. A cette occasion, les soldats tiraient au sort, grâce à une fève, un condamné à mort qui devenait "roi" le temps des réjouissances. Une fois les Saturnales achevées, la sentence était exécutée.
On avait également pris l'habitude d'envoyer des gâteaux à ses amis. Sous l'ancien régime, on l'appela "gâteau des rois" car cela tombait en pleine période des redevances féodales et il était d'usage d'en offrir un à son seigneur.
Puis le concordat de 1801 a fixé la date de l'épiphanie au 6 janvier.
Le terme "éphiphanie" est issu du grec et signifie "apparition".
Célébrée le 6 janvier, cette fête correspond à la présentation de Jésus aux Rois Mages. Ce jour est aussi celui du premier miracle des noces de Cana et avant tout la date de baptême du Christ.
Dès le Ve siècle, l'Eglise donna une importance considérable à cet événement. Pendant des siècles les chrétiens d'Orient célébrèrent la Nativité le jour de l'Epiphanie. Les Arméniens du Caucase le font encore aujourd'hui.
Au Ier siècle il fut déjà décidé de donner primauté à la naissance du Christ plutôt qu'à l'Epiphanie Dans de nombreux villages, on allume encore les "feux des rois" rappelant ceux qui, dit la légende, brûlèrent cette nuit-là à Bethléem pour cacher l'Étoile au roi Hérode.

En Espagne, c'est le jour de l'Epiphanie que les enfants recoivent les cadeaux et non à Noel. On profite de ce "Jour des 3 Rois" pour échanger les cadeaux de Noël puisqu'originellement, ce sont les rois mages qui apportèrent des présents 12 nuits après la naissance de l'enfant Jésus. Pour cette occasion, on confectionne un pain en forme de couronne parfumé de zestes de citron et d'orange, brandy et eau de fleur d'oranger, décoré de fruits confits et d'amandes effilées. On y glisse une pièce d'argent, une figurine chinoise ou un haricot sec.
La galette des rois, est une tradition typiquement française qui avait déjà cours au XIVe siècle. La galette était partagée en autant de portions que de convives, plus une. Cette portion supplémentaire, appelée "part du
Bon Dieu" ou "part de la Vierge", était destinée au premier pauvre qui se présenterait.

LES ROIS MAGES
Venus d'Orient, trois rois se mirent en route en suivant la lumière de l'étoile
qui les guida jusqu'à Bethléem.

L'Épiphanie commémore la visite des trois rois mages, Melchior, Gaspard et Balthazar venus porter les présents à l'enfant Jésus, qu'ils appelèrent le " Nouveau Roi des Juifs ".
Quand ils le découvrirent dans l'étable, près de ses parents, Marie et Joseph, ils s'agenouillèrent devant lui en signe de respect et lui apportèrent de l'or, de la myrrhe et de l'encens.
L'origine des Rois mages est aujourd'hui encore obscure. On les dits savants, riches mais errants. Ces mystérieux personnages alimentèrent l'imaginaire qui enveloppe Noël.
MELCHIOR venait de Nubie, c'est le plus âgé des trois, il apporte de l'or, symbole royal.
BALTHAZAR apporte de la myrrhe, symbole sacerdotla. C'est une sorte de gomme produit d'un arbre en Arabie, le balsamier, utilisée dans la préparation cosmétique et en pharmacie.
GASPARD le plus jeune apporte de l'encens, symbole prophétique, c'est une résine dégageant un parfum lorsqu'on la fait brûler.
Dans l'Evangile de Matthieu 2:1-12, qui ne mentionne pas leurs noms, ils sont présentés comme des riches personnages ayant visité l'enfant Jésus à
Bethléem en Judée au temps du roi Hérode. (L'Evangile de Luc 2:15-21 ne parle pas des mages ; par contre, il mentionne la visite des bergers.)

Les rois mages, furent d'abord représentés comme des Perses. Un manuscrit grec, traduit en latin, révèle leurs noms, qui, plus tard, furent légèrement déformés et devinrent : Balthazar avec la peau cuivrée, Gaspard avec la peau foncée, et Melchior avec la peau blanche. De même, on les
fera paraître l'un imberbe, l'autre moustachu et le troisième barbu, leur attribuant ainsi les trois âges de la vie.




Longtemps ce jour là, on célébra le miracle de Cana : de l'eau
changée en vin.
Un rituel de quête terminait jadis la période des 12 jours de fêtes. Les quêteurs recevaient souvent en guise de présent une part de galette.

Sources : joyeuse-fetes.com
http://www.joyeuse-fete.com/epiphanie.html

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Voilà pour l'épiphanie.
Je reviendrais sur une fête que j'ai oublié : la Saint Sylvestre ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ducotedechezoim.forumpro.fr/portal.htm
elfen
L'elfe des bois perdu
L'elfe des bois perdu
avatar

Féminin
Nombre de messages : 37
Age : 45
Pays : France
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Sam 29 Mar 2008 - 20:28

Moi je voulais ajouter que comme tu le dis pour Noel xena, il n'y a pas de date précise pour la naissance de Jésus, donc : fête paienne et donné date un 25 décembre = neige en montagne et froid : ce qui ne peut être possible puisqu'il est dit que le jour de la naissance de Jésus : les hommes emmener pêtre les moutons....
Et je voulais juste ajouter pour la Sainte Catherine : l'âge doit être de 25 ans au plus et être "vierge"... je doutes qu'il en reste beaucoup... je ne fais pas de critique, je rajoutes comme tu l'a dis xena.
Et si on peut rajouter des traditions, j'aurais bien voulu parler de la ville d'où je viens : "les fêtes de Bayonne" qui est une tradition ancienne et qui dure 5 jours dans l'année commençant toujours le premier mercredi du mois d'Aout mais franchement très mal venues sur le topic puisque se sont des fêtes bien connues mais où la dépravation est de mise... donc inintéressantes à mon goût et surement mal placées...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xenaphia
La Grande Prêtresse
La Grande Prêtresse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2200
Age : 46
Pays : France
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Sam 29 Mar 2008 - 20:47

euh non je ne vois pas pourquoi
j'ai créé ce topic dans le but justement de faire découvrir les fêtes et traditions à tout le monde quelque soit l'origine (France, Espagne, Angleterre, Algérie, Amériques etc...)
bien au contraire c'est très intéressant moi je trouve

les fêtes mentionnées juste avant c'était pour alimenter le topic en suivant plus ou moins les fêtes en rapport avec le calendrier

je précise en plus que le carnaval et la saint Martin comme la saint Nicolas sont très pratiquées chez moi dans le Nord mais loin d'être répandues en France ou ailleurs
je sais par ailleurs que la saint Nicolas est très fêtée chez mes voisins les belges (je pense que miss pourrait confirmer mes dires d'ailleurs GNI )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ducotedechezoim.forumpro.fr/portal.htm
triskell
La crécelle enchanteresse
La crécelle enchanteresse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 816
Age : 44
Pays : senegal
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Dim 30 Mar 2008 - 2:34

et chez moi aussi d'ailleurs mais on a aussi le père fouettard...
chaque année dans les écoles ils arrivent ensemble et hors grandes villes il y a toujours un gouter avec musique organisé pour les enfants avec st Nicholas et son acolyte :-p
en moselle ^_^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
elfen
L'elfe des bois perdu
L'elfe des bois perdu
avatar

Féminin
Nombre de messages : 37
Age : 45
Pays : France
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Dim 30 Mar 2008 - 6:33

Xena quand je disais mal placées, ce n'est pas sur le topic (me suis pas bien exprimée encore moi...) c'est les fêtes elles mêmes. Je vais donc en parler...
Comme je le disais plus haut, les Fêtes de Bayonne ont lieu 5 jours tous les ans, débutant le premier mercredi du mois d'Aout et finissant le dimanche suivant, mais plutot tard le matin du lundi (c'est moi qui le rajoute : étant au courrant vu que j'ai vécu 10 ans à Bayonne et qui plus est en plein coeur de ces fêtes...)

Les fêtes de Bayonne sont une période de fête dans la ville basco-gasconne de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques)
2004, ces fêtes réunissaient entre 1,3 et 1,5 million de visiteurs, faisant de ces fêtes les plus importantes de France. La tenue de rigueur est blanche, accompagnée d'un foulard rouge. Les puristes préconisent également le port d'une ceinture rouge (la cinta).

Fêtes de Bayonne 2004, le roi Léon



Corso lumineux 2004 - Char du musée basque




Histoire Des Fêtes :
Les fêtes de Bayonne (qui s'appelaient à l'époque « grandes fêtes d'été ») ont eu lieu pour la première fois en 1932 inspirées des fêtes de Pampelune (sanfermines, fêtes de San Fermin).
En 2005, un record (nouveau record du monde) a été battu avec un paquito chocolatero long de 1400 m et 4000 personnes.
En 2006, ce record a été battu avec 5100 personnes pour une longueur de 1 700 mètres.
En 2007, ce record a de nouveau été battu avec 6000 personnes pour une longueur de 2000 mètres. Depuis quelques années, une affluence record dépassant le million de personnes en 5 jours est enregistrée. Cela place cet événement parmi les plus importantes fêtes au monde, en terme d'affluence.

Couleurs :
Pendant la période des fêtes, deux couleurs sont prédominantes : le blanc et le rouge. La tenue officielle est le blanc avec le foulard rouge et la ceinture rouge.
Mais les couleurs de la tenue ont évolué depuis l'origine. Lors des premières fêtes, en 1932, les couleurs étaient le bleu et le blanc (Le bleu venait du bleu de travail des ouvriers). Ce bleu fut ensuite remplacé par le rouge, à l'instar de la feria de Pampelune, la San Fermin, où le rouge et le blanc sont les couleurs officielles. Une polémique continue de nos jours, une minorité préférant les bleu et blanc originels (qui peuvent se rapporter aussi aux couleurs du club omnisports le plus important de la ville, l'Aviron Bayonnais). On peut aussi trouver du vert, une autre des couleurs du drapeau basque.

Déroulement :
Tout ce qu'il y a de meilleur dans la tradition basque y est représenté : pelote, musiques et danses ; corridas, courses de vachettes (dont une fictive pour les enfants), défilés de chars, bandas, concerts, bals, toros de fuego, feux d'artifice animent les fêtes.
La marionnette du Roi Léon, veille attentivement sur ses ouailles durant toutes les fêtes.
Héros d'une bande dessinée de Jean Duverdier, ce personnage est inspiré d'une figure de la vie bayonnaise, Léon Dachary, réputé à l'époque pour ses frasques.
C'est lui qui lance les fêtes en jetant, du balcon de la mairie, les fameuses clés de la ville, avec une personnalité invitée : Luis Mariano, Johnny Hallyday en 1960, Zazie, Jean-Jacques Goldman (2002), Francis Cabrel, Guy Forget, Tony Estanguet en (2005), Hélène Ségara, Bernard Lavilliers, certains membres de l'équipe des Girondins de Bordeaux comme Lilian Laslandes, Élie Baup et François Grenet ainsi que des membres de l'Aviron bayonnais Rugby Pro

Incidents :
L'ensemble de ces fêtes se déroule en général dans une bonne ambiance, même si on dénombre des accidents, voire des morts dus à l'excès d'alcool, à des chutes depuis les remparts ou à des noyades dans la Nive ou l'Adour (dangereuses à causes des marées)[réf. nécessaire].
En 2007, deux plaintes pour viols et trois pour agression sexuelle ont été déposées[
[Petites paranthèses, il n'a pas été rajouté les nombreux réglements de compte qui s'y passent et qui ont donné plusieurs morts à coups de couteaux...]

Galerie :
Et voilà les Fêtes de Bayonne sont terminées. Je voulais juste avant de finir, dire que le Roi Léon se réveille le mercredi soir (1er jour) dès que la nuit est tombée et il se recouche dans la nuit du dimanche à lundi... pour dormir une année avant qu'il ne se réveille de nouveau et ne se représente au balcon de la Mairie l'année suivante...
Je suis désolée pour les gros titres du dessus, je n'ai pu faire autrement sinon ça effacé l'ensemble de la Galerie...

Voilà voilà ! Bonne lecture et pour ceux qui ne connaissent pas ces fêtes, si vous avez envie de vous éclater : tout est permis ! Vous ne risquez pas de vous faire courser par la police (oui oui, je sais c'est plutot les vachettes ! lol) car elle ne peut en aucun cas intervenir et pénétrer au coeur de la ville : beaucoup trop de monde.... C'est la sécurité et malgrès tout, ils sont peu nombreux et ne peuvent pas être partout...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xenaphia
La Grande Prêtresse
La Grande Prêtresse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2200
Age : 46
Pays : France
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Dim 30 Mar 2008 - 12:01

c'est pas grave elfen
merci c'est très intéressant oui
je connaissais pas trop cette fête ^_^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ducotedechezoim.forumpro.fr/portal.htm
Soulflytribe
Footeux catcheur
Footeux catcheur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 34
Pays : Italie
Date d'inscription : 31/03/2008

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Lun 31 Mar 2008 - 23:55

San Giuseppe da Copertino

Joseph Desa est né à Copertino, dans les Pouilles. Son père était charpentier. Mais il mourut avant la naissance de son fils, laissant sa veuve, Francesca Panara, enceinte de Joseph.

Tout jeune Joseph ne brilla pas par sa vivacité intellectuelle. Il était nonchalant, maladroit, et semblait toujours perdu dans une profonde rêverie, à tel point que son entourage l'avait surnommé bocca aperta (bouche ouverte).

À l'âge de 17 ans, à l'image de deux de ses oncles devenus franciscains, il se présenta dans leur Ordre, mais il fut refusé pour insuffisance intellectuelle. Les Frères mineurs capucins l'acceptèrent en tant que Frère lai. Mais là, il fut si malhabile dans les travaux qui lui furent confiés, qu'ils le congédièrent aussi, d'autant plus, qu'étant en extase perpétuelle, il ne parvenait pas à assumer ses tâches.

Sa mère réussit à fléchir son frère Jean Donato, lui-même franciscain conventuel, et Joseph fut reçu au couvent de Grottella, hameau de Balsorano. Là, on le chargea de s'occuper de la mule du couvent.

Joseph, toujours gai et joyeux, tout en restant incapable d'apprendre complètement à lire et à écrire, fit tellement preuve d'obéissance, de pieté, et d'humilité que ses supérieurs décidèrent de le recevoir comme clerc.

En 2003, le Pape Jean Paul II le présenta comme un modèle de sainteté en l’appelant le saint de la lévitation.

A cause de ses nombreux vols, saint Joseph de Cupertino est devenu le patron des aviateurs, et des gens qui voyagent en avion.

Une ville de Californie porte le nom de Cupertino. En 1978, les Franciscains de Californie l'adoptèrent comme leur saint patron.

Il est le patron de la ville d'Osimo

Il est enfin patron des étudiants qui passent des examens

La fête de San Giuseppe le 18 septembre

Le Chateau de San Giuseppe

Le Sanctuaire de La Grotella
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xenaphia
La Grande Prêtresse
La Grande Prêtresse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2200
Age : 46
Pays : France
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Jeu 5 Juin 2008 - 23:35

:oups: :HHH:

:Oo: j'avais pas vu ce sujet :hhaaa:

eh beh c'est magnifique toutes ces lumières Oslim


Dernière édition par Xenaphia le Jeu 5 Juin 2008 - 23:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ducotedechezoim.forumpro.fr/portal.htm
Xenaphia
La Grande Prêtresse
La Grande Prêtresse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2200
Age : 46
Pays : France
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Jeu 5 Juin 2008 - 23:40

bon allez on s'y remet angel

après carnaval bien sur on en arrive tout naturellement à Pâques oui
je vais faire des recherches un peu plus poussée que ce que j'ai trouvé car il me semble qu'il y a plusieurs origines et histoires sur le sujet odac
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ducotedechezoim.forumpro.fr/portal.htm
Xenaphia
La Grande Prêtresse
La Grande Prêtresse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2200
Age : 46
Pays : France
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Sam 7 Juin 2008 - 11:19

Pâques



Pâques est une fête religieuse chrétienne commémorant la résurrection de Jésus-Christ, le troisième jour après sa passion. C'est le jour le plus saint du calendrier chrétien. Il marque la fin du jeûne du Carême.

« Pâque », de l'hébreu פסח Pessah « il passa [par dessus] » d'où « passage », est le nom de la fête juive qui commémore la sortie d'Égypte. D'après les Évangiles, c'est pendant cette fête juive qu'eut lieu la résurrection de Jésus ; c'est pourquoi le nom a été repris pour désigner la fête chrétienne.

La forme « Pâque orthodoxe » est utilisée pour désigner cette fête dans les Églises orthodoxes. Pour les autres Églises, cette forme est vieillie et la forme avec « s » lui est préférée.

Fête religieuse
Pâques est une fête dite « d’obligation » dans l'Église catholique, c'est-à-dire qu’il est obligatoire de chômer et d'assister à la messe. Pendant longtemps, Pâques était le jour de l'année où les fidèles allaient communier, ce qui leur imposait d'aller se confesser préalablement. On employait l'expression « faire ses Pâques ». C'est aussi l'occasion pour le Pape de prononcer sa bénédiction urbi et orbi.

Traditions populaires
Dans les pays chrétiens, l'œuf de Pâques est le cadeau favori le jour de Pâques.

En Allemagne, en Suisse, en Autriche, en France dans la région d'Alsace, le département de la Moselle ainsi qu'en Martinique, Guyane et Guadeloupe, le lundi de Pâques s'accompagne d'un autre jour férié : le « Karfreitag », soit le Vendredi saint. Pâques y est considéré comme une sorte de deuxième Noël et il n'est pas rare que les gens s'offrent des cadeaux entre eux à cette occasion.

Comme pour Noël, les Suisses et les Allemands décorent leur maison à l'approche de Pâques. Les œufs de Pâques sont apportés par le lièvre de Pâques (Osterhase). Chocolats et décorations diverses, souvent en forme de lapin, ornent ainsi les boutiques et les appartements. On y fait aussi des bouquets de Pâques sur lesquels on accroche divers sujets et des œufs peints. Les arbres dans les jardins ont droit également à une parure multicolore avec l'arrivée du printemps, les œufs et lapins poussent partout !

En Belgique et en France, ce sont les cloches de Pâques qui apportent les œufs de Pâques. Depuis le jeudi saint, les cloches sont silencieuses, en signe de deuil. On dit qu'elles sont parties pour Rome, et elles reviennent le jour de Pâques en ramenant des œufs qu'elles laissent tomber à leur passage.

En Italie, on attache les cloches le jour du jeudi saint pour éviter qu'elles ne sonnent.

En Allemagne et en France, le repas de Pâques est souvent l'occasion de partager un rôti d'agneau accompagné de flageolets.

Les Américains espèrent que l’« Easter Bunny » leur apportera des lapins en chocolat et des sucreries dans un panier tressé.

En Pologne, un panier garni est préparé le vendredi, conservé sans être mangé le samedi, et béni le dimanche par le prêtre.

Pâques a donné naissance au prénom « Pascal ».

En France et surtout au Québec, certains mythes populaires parlent de la cueillette de l'Eau de Pâques.

En Serbie, Il y a beaucoup de rites qui plaisent aux enfants en particulier.

* On colorie les œufs pour cette journée, essentiellement en rouge, mais on utilise aussi d'autres couleurs.
* On s'échange ces œufs coloriés, pendant toutes les fêtes de pâques et la semaine qui suit.
* On considère que le premier œuf peint est le gardien de la maison et on le conserve.
* La pâques orthodoxe véhicule aussi une autre tradition, très populaire. Une fois les œufs coloriés ou peint, on peut choisir un œuf et le décréter comme son œuf porte-bonheur. Cet œuf servira a toquer l'œuf d'une autre personne. Si jamais votre œuf et brisé lorsque vous toquez l'œuf de "votre adversaire" vous remportez son œuf, si c'est le contraire, alors vous perdez votre œuf au profit du vainqueur, il ne vous reste alors plus qu'à choisir un nouvel œuf.
* Pendant cette journée les chrétiens orthodoxes se salue de façon à se que le premier dise "le Christ a ré-suscité ! " Христос васкрсе, en serbe cyrillique" et le second lui réponde " il a réellement ré-suscité !" en cyrillique Ваистину васкрсе.

Les œufs de Pâques
La tradition d'offrir des œufs remonterait à l'Antiquité. Déjà, les Égyptiens et les Romains offraient des œufs peints au printemps car ils étaient le symbole de la vie et de la renaissance.

L'Église ayant instauré au IVe siècle l'interdiction de manger des œufs pendant le Carême et les poules continuant à pondre, les œufs pondus depuis le début du Carême - n'ayant pas été mangés - étaient alors décorés et offerts. De nos jours, le jeûne n'est plus observé aussi strictement mais la tradition d'offrir des œufs, y compris en chocolat, est restée.

Source : Wikipédia

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Pâques est une fête mobile qui se fête entre le 22 mars et le 25 avril. C'est une fête religieuse qui commémore le passage de la Mer Rouge pour la religion juive et la résurrection de Jésus pour la religion chrétienne
C'est aussi une fête païenne qui annonce l'éveil du printemps.

............................. Les mini-dossiers

mini-dossier Pâques
JE SAIS TOUT

Pâques

L'oeuf source de vie

oeuf pâquesDans le Kalevala, livre sacré des anciens finlandais, c'est de l'oeuf que naquit le monde. La mère de l'eau, Iltamara, dormait au fond de l'océan sans rivage. Dans son sommeil, elle remua et son genou sortit de l'eau tel une île. Alors, le maître de l'air tomba des cieux vides et déposa un oeuf d'or sur ce genou divin. Mais à peine effleurée, comme une ensommeillée qu'un insecte agace, la déesse frémit et, frémissant, brisa la coquille parfaite. Alors, tous les morceaux se transformèrent en choses bonnes et utiles :
Le bas de la coque de l'oeuf forma le firmament sublime.
Le dessus de la partie jaune devint le soleil rayonnant.
Le dessus de la partie blanche fut au ciel la lune brillante.
Tout débris taché de la coque fut une étoile au firmament.
Tout morceau foncé de la coque devint un nuage de l'air…
Et désormais le temps avança.

L'oeuf symbole de vie ou de mort

Signe de deuil ou de vie éternelle, ce sont dans les tombes que nous retrouvons les oeufs les plus anciens que nous connaissons.
Signe de vie: une coutume provençale en France consiste à offrir à un nouveau-né, entre autres choses, un oeuf, pour qu'il soit "bon comme le pain, sain comme le sel, plein (de bénédictions, de vie, de grâces) comme un oeuf".

L'oeuf de pâques

La coutume de s'offrir des oeufs de Pâques de diverses couleurs a été relevée chez les chrétiens d'Egypte (Coptes) au Xème-XIIème siècles. Mais, les premiers textes qui font allusion à cette coutume en Europe datent du XVème-XVIème siècles et ne concernent que la région de l'Alsace.
Il était de règle, au XVIIIème siècle, que l'oeuf le plus gros du royaume pondu pendant la semaine sainte revint de droit au roi - Louis XIV, dit-on, faisait bénir solennellement le jour de Pâques de grandes corbeilles d'oeufs dorés qu'il donnait lui-même à ses courtisans, voire même à ses gardes, à ses laquais et à tout son personnel domestique.
L'opinion généralement admise rattache l'origine de la coutume des oeufs de Pâques à l'établissement du Carême. Dès le IVème siècle, l'Église interdit l'usage des oeufs pendant la pénitence des quarante jours, alors rigoureusement observée. Une grande quantité d'oeufs se trouvant entassée dans les provisions du ménage, le moyen de plus expéditif de s'en débarrasser était de les donner aux enfants. On en fit même l'objet d'un cadeau amusant en les peignant ou en les entourant de figurines ou de devises.

Qui apporte les oeufs?

Les cloches, le coq, la poule, la cigogne ou le lapin?
Certes le lapin est tout aussi incapable de pondre un oeuf qu'une cloche ou qu'un coq, mais il est réputé pour sa prolixité. D'une manière ou d'une autre, il est symbole de fécondité, de vie. Le mythe du printemps, de la renaissance est donc encore présent.

Pâques et les coutumes sociales et locales

oeuf pâquesAu XIème siècle, apparut la pratique de faire commencer l'année à Pâques. Comme Pâques était une fête mobile, les années variaient, elles aussi, en durée.
C'est en Russie que la célébration de Pâques atteint le plus d'éclat. Il est à noter par ailleurs que plusieurs romanciers russes célèbres (Tolstoï, Gogol ou encore Dostoïevsky) ont choisi la nuit de Pâques comme moment dramatiquement fort dans certaines de leurs œuvres. C’est là que le destin d'un personnage va être totalement bouleversé, l’instant où brutalement, ses yeux s'ouvrent à la réalité: résurrection ou renaissance du printemps?
Le dimanche de Pâques est aussi celui où on étrenne de nouveaux habits, parce que la saison change, parce que c'est une fête.
Ainsi, à New-York le long de la 5ème Avenue, se déroule l'Easter Parade - la parade de Pâques - où les gens sortent avec leurs beaux habits défiler dans les rues.

Source : momes.net
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ducotedechezoim.forumpro.fr/portal.htm
Sharina
La Grande Prêtresse
La Grande Prêtresse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 415
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Jeu 17 Juil 2008 - 9:13

c'est quoi les prochaines fetes ? rire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ducotedechezoim.forumpro.fr
triskell
La crécelle enchanteresse
La crécelle enchanteresse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 816
Age : 44
Pays : senegal
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Dim 26 Avr 2009 - 10:18

oh une tradition que je viens de découvrir au senegal glaçon

figurez-vous que les membres d'albinos (y compris humain) sont soit disant des porte-bonheur glaçon
il fait pas bon etre albinos ici je suis mort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xenaphia
La Grande Prêtresse
La Grande Prêtresse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2200
Age : 46
Pays : France
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Dim 26 Avr 2009 - 21:03

Osad ouais j'ai entendu parler de ce truc là à la télé Osick
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ducotedechezoim.forumpro.fr/portal.htm
roro 1311
Le musicoman
Le musicoman
avatar

Masculin
Nombre de messages : 859
Age : 45
Pays : France
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   Mar 28 Avr 2009 - 20:21

Bonjour à Toutes et Tous

parmi les nouvelles traditions, j'en ai noté une qui vous sera utile et qui vous fera voyager, évader quelques instants.

quand vous vous connectez au forum vous passez d'abord par le "musiroro" vous lancez une zik ou plusieurs de votre choix, et pendant ce temps d'écoute vous pouvez naviguer sur votre site préféré "chez oim".

vous serez de bonne humeur grace à cette musique qui aura adouci votre être, ça vous donnera un regain de vie ainsi qu'au musiroro.

une tradition pas compliquée, toute l'année et qui coute rien du tout

elle est pas belle la vie

Ohhh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fêtes et Traditions   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fêtes et Traditions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» faire découvrir les traditions et coutumes polonaises aux enfants
» les rois Calvi 8 janvier 2011,traditions legion etrangere
» Les faux amis, ou le profit sur le dos des traditions.
» Musée des Traditions et Arts Normands
» Bague de fiançailles : traditions et coutumes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Du côté de chez Oim :: Le côté pratique :: D'où êtes vous ?-
Sauter vers: